L’ACTUALITÉ

La lettre d'infos du 1er janvier 2021


Intermittents du confinement, inventons ensemble une année 2021 qui sera celle du renouveau dans l’échange et la créativité

En cette fin d’année 2020 marquée par une catastrophe planétaire, la pandémie Covid 19, nous voulons avant tout nous retrouver et vous retrouver autour de la dynamique impulsée par l’An@é et son média Educavox afin de mettre en action cette force de l’intérieur, la motivation intrinsèque dont nous parlait Delphine Roux, en soulignant que « L’élève, pour se motiver, a besoin d’un lien social, d’un regard accueillant et d’une sensation de progrès, de sentir une progression vers la prise de liberté...la sienne ».

 

Du lien social, il faut aujourd’hui en recréer pour poursuivre notre tâche, car, il faut le rappeler, l’Homme est avant tout un animal social (Aristote).

 

Ce lien social distendu, parfois mis à mal, parfois même disparu dans le confinement dont nous sommes devenus des « intermittents » depuis le début de la pandémie, ce lien social est notre moteur pour faire vivre les valeurs qui sont les nôtres dans l’action que nous menons grâce à tous ceux qui nous apportent leurs témoignages et leurs idées.

Il nous faut pour cela échapper à la galaxie des influenceurs, annonciateurs de complots planétaires et porteurs de « fausses nouvelles, d’infox » dont certains se délectent pour découvrir une vérité cachée, en pensant qu’ « on ne nous dit pas tout » et qu’on sera plus malin que la moyenne des spécialistes-experts pour déjouer les manipulations dont nous serions victimes de la part du pouvoir, non pas le vrai, l’officiel, mais de celui, obscur, qui dirigerait le monde.

Nous avons besoin de comprendre, et pour cela Educavox donne la parole, notamment à François Dubet qui explique pourquoi on finit par croire à peu près n’importe quoi, en montrant ce que la pandémie et le confinement ont fait à l’esprit critique. «Le doute et l’esprit critique se transforment en défiance et (…) cette défiance complotiste atteint tous les citoyens, y compris ceux qui ont été longuement scolarisés, ce qui exclut l’idée qu’ils seraient le seul produit de l’ignorance.» Désormais, « plutôt que de se confronter à d’autres idées qu’aux siennes, chacun cherche à renforcer ses croyances en ne parlant qu’à ceux qui partagent ses opinions, en ne parlant qu’avec lui-même.» François Dubet conclut ainsi : «Dans ce combat pour le doute raisonnable et l’esprit critique, l’école est en première ligne, même quand nous savons que les diplômes ne sont pas forcément un vaccin efficace contre la déraison. »

Il y a urgence à sortir de sa bulle et à se retrouver pour discuter, expliquer, s’expliquer : c’est ce que fait Educavox en offrant un lieu d’échange, d’information et de réflexion. Nous l’écrivions alors, au mois d’octobre, après un débat interne au cours du séminaire annuel de l’An@é, la pandémie nous a beaucoup appris à propos de notre système éducatif. Au cours des États Généraux du Numérique pour l’Éducation, nous avons alors présenté nos analyses et propositions dont un grand nombre ont en effet été actées par les conclusions de cette consultation nationale.

Si « le numérique a complexifié la donne et n’apportera pas toutes les solutions », comme l’écrivait Michelle Laurissergues, nous devons pourtant résolument poursuivre notre réflexion sur ce que signifie aujourd’hui une éducation active et libératrice. Le doute fécond qui nous habite s’appuie sur des valeurs fortes mises en exergue lors de la conférence interactive menée par la Région Nouvelle Aquitaine sur la laïcité, laïcité qui constitue l’un des fondements de notre République, héritage des Lumières pour la liberté de pensée, liberté d’expression, liberté de la presse, exercice de la raison comme principe de vie et tout particulièrement à l’École.

 

En 2020, de nombreux témoins sont venus apporter leur pierre à l’édifice en proposant des analyses éclairantes sur les réalités de l’École aujourd’hui :

« Quelle place donner au numérique dans le monde d’après » s’interrogeait Louis Derrac en mettant en exergue l’aspect pervasif du numérique qui traverse, irrigue et bouleverse toute les lignes. Sylvie Storti témoignait de la vie des enseignants « confinés et surinvestis » et de leurs élèves au sortir du confinement, Jennifer Elbaz témoignait et s’interrogeait sur le vécu des familles confrontées à l’impossible mission d’être parent en 2020, Anthony Riou dévoilait les multiples approches pédagogiques du projet EUMAX - EUropean MAthematics challenge porté par la plateforme eTwinning selon « une approche pluridisciplinaire, au croisement des mathématiques, des langues vivantes, de la culture numérique et de l’enseignement moral et civique, et s’appuie sur des situations réelles de communication. » Ne pouvant citer tous les auteurs nous mentionnerons encore Bruno Magliulo qui apporte régulièrement un décodage expert des changements structurels qui affectent le système scolaire et universitaire. Que toutes et tous en soient remerciés. 

La moisson est riche de centaines d’articles offerts cette année, comme les précédentes, par les auteurs qui ouvrent pour nous des perspectives éclairantes sur les réalités du monde de l’École et de l’éducation. Qu’il s’agisse d’évolutions liées au numérique, à la pédagogie ou qu’il soit tout simplement question de comprendre les situations actuelles et les enjeux futurs de l’École, nous trouvons dans Educavox matière à exercer notre libre pensée et à agir en toute connaissance de cause. 

Dans un monde désormais voué au confinement intermittent, placé en état de réanimation numérique et en l’absence de grands événements à vous proposer, tels qu’en leur temps le Carnaval numérique ou les Forums Educavox, nous voulons poursuivre en 2021 la tâche que nous nous sommes assignée : celle de témoigner et de donner la parole à tous ceux qui font et inventent aujourd’hui l’École de demain. 

 

Au nom de l’An@é et en attendant de vous retrouver, je souhaite à toutes et à tous une année 2021 placée sous le signe de la créativité, de l’échange et du renouveau dans une amitié de valeurs partagées.

 

Michel Pérez

Président de l'An@é

 

Les sélections

2020 a démontré l'impact sociétal sur l'école et nous a bien convaincu de la nécessité d'une culture numérique avec toutes les questions connexes dont :  égalité d'accès, contenus vérifiés, éthique...Et cette  culture ne se substitue à quiconque car elle n'est que l'expression de ce que nous sommes à titre individuel ou collectif...

 

Société

Laïcité

Apprendre


Perdu.e.s enTransitions !

L’accumulation des faits et des informations déstabilisantes de ces dernières semaines nous plongent dans une perplexité de plus en plus grande quant à nos capacités à trouver espoirs, enthousiasmes et foi en la nature humaine !

Nous voilà perdu.e.s en transitions !

 

Aujourd’hui, crise de la Covid aidant, ces deux vertus sont mises à mal, on croit aux fake news, aux complots, on se défie des dirigeants et des savants.

 

La méfiance est entrée de plein pied dans les pratiques numériques.

 

Le monde technologique et numérique n’est pas la promesse d’un monde plus écologique.

 

La fabrique du doute.

 

Quel est le rôle du politique ?

Accès à l'édito

 

 

Les sélections


Cliquer sur les images

Questions de société

Environnement

Prospective


Les derniers dossiers


Cliquer sur les images

Réalité Augmentée

Laïcité

Numérique éducatif



Comment construire une réponse collective à nos approches individuelles ?

La lettre d'infos du 1er novembre 2020

" L'environnement dans lequel nous vivons nous incite à réfléchir et à éviter les stéréotypes tout prêts. L'interrogation provoque le temps de la réflexion.  Pendant les jours qui viennent, chacun d'entre nous cherchera sa réponse pour le monde éducatif qui doit participer à bâtir une société du "vivre ensemble". Ces réponses individuelles garderont leur singularité et leur identité pour construire une réponse collective représentative du caractère multidimensionnel et multiréférentiel propre à la pensée complexe qui permet le vivre ensemble." Alain Jeannel

 

Par l'actualité, ce sont des questionnements qui nous saisissent. Sidération, effroi, quête de sens, recherche de nos responsabilités...L'individu peut-il être comptable de fautes collectives ? Le passé déterminera t-il toujours l'avenir ? Pourquoi l'homme depuis des siècles prend-il la religion en otage pour justifier ses actes ? Des Pourquoi nombreux et qui appellent mille ou aucune réponses ?

 

Par où commencer ? Comment décrire l’inexplicable ?

 

https://www.educavox.fr/edito/comment-construire-une-reponse-collective-a-nos-approches-individuelles

 

 

Les sélections


Société et actualité

Technologies

États Généraux



S'abonner - Se désabonner


Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.