L’ACTUALITÉ

La lettre d'informations du 1 er novembre 2019

L’innovation…et l’École

L’action d’innover implique d’introduire une ou des nouveautés, d’apporter un changement important dans une situation, dans un usage et ce, dans tous les domaines. Innovation de rupture ou modifications significatives bénéfiques pour les élèves, en éducation, les opinions se confrontent. Dans les articles proposés tout récemment, essayons de percevoir des analyses, des actions, des propositions pour alimenter nos réflexions. Et pourquoi pas, si vous êtes présents au Salon de l’Éducation venir en débattre, venir partager, co-construire quelques pistes et quelques projets ?

 

Quelle école aujourd’hui ?

 

"Ce que Condorcet a encore à nous dire sur l’éducation"

 

Dans cet article publié sur The Conversation, Eirick Prairat, Professeur de Philosophie de l’éducation, membre de l’Institut universitaire de France (IUF), Université de Lorraine pose  un débat issu des siècles précédents qui démontre déjà l’ambiguïté des relations entre "éduquer" et "instruire".

https://www.educavox.fr/accueil/debats/ce-que-condorcet-a-encore-a-nous-dire-sur-l-education

Aujourd’hui l’accès permanent aux sources d’information, aux expressions culturelles multiples imposent très certainement le devoir de l’école de former des citoyens responsables donc autonomes…Le débat est toujours en cours.

 

Sylvain Wagnon : "Pour une pédagogie solidaire"

 

Sylvain Wagnon, professeur à l’université de Montpellier, publie un ouvrage, un plaidoyer pour une rénovation du système d’enseignement public et l’affirmation d’une boussole éthique à partir des principes de l'Education nouvelle.

"Face à un monde qui s’enferme et refuse de voir la réalité en face, il convient de proposer une révolution solidaire. L’éducation est perçue comme un domaine de mutation lente, voire d’inertie. La réalité est, au contraire, que c’est le seul domaine qui peut faire évoluer durablement la société face à l’urgence des défis politiques et environnementaux."

Professeur en sciences de l’éducation, Sylvain Wagnon enseigne à la faculté d’éducation de l’Université de Montpellier. Ses travaux portent sur l’histoire et l’actualité de l’éducation nouvelle et des pédagogies alternatives.

Philippe Meirieu dans la préface de cet ouvrage écrit : "Nul doute qu’à l’issue de la lecture de ces pages, le lecteur, comme l’auteur de cette préface, laissera échapper un évident "il fallait le faire !".

Expression polysémique s’il en est qui dit, tout à la fois, l’admiration devant le culot et le courage de l’auteur, mais aussi l’enthousiasme pour l’à-propos, la pertinence et la force de son discours. Le culot, d’abord : au moment où, surfant sur l’individualisme et se nourrissant à l’envahissante littérature du " développement personnel ", les médias exaltent "le sauve-toi toi-même ", Sylvain Wagnon nous montre que nos enfants ne pourront se sauver qu’ensemble. Le courage aussi : quand notre société tout entière est tentée par le repli dans l’entre-soi et que fleurissent des écoles qui se veulent " alternatives " mais ne sont souvent que des refuges pour privilégiés, Sylvain Wagnon dit son attachement à une école publique qui soit, en même temps, une école pour toutes et tous et une école du commun, une école accueillante avec chacune et chacun, d’où qu’il vienne et quel qu’il soit, et une école qui prenne soin de notre monde commun.

L’à-propos également : jamais, en effet, nous n’avons autant eu besoin de rappeler qu’avant d’être une valeur, la solidarité est un fait. Que nous le voulions ou non, nous sommes solidaires. Pour le pire peut-être. Pour le meilleur, si nous le décidons "

https://www.educavox.fr/formation/les-ressources/sylvain-wagnon-pour-une-pedagogie-solidaire

Quelles innovations aujourd’hui ?

Il y a bien des manières d'innover et je ne prétends à aucune exhaustivité ! Je citerai par exemple l'innovation stratégique qui relève des choix d'orientation, de gouvernance, de choix économiques ou politiques;  l'innovation technologique mue à la fois par l'émulation de la découverte scientifique tournée vers l'amélioration de la vie, vers l'économie et aussi la stratégie de concurrence; et puis, je citerai tous les dispositifs dont chacun peut être un acteur, ceux qui font que l'innovation existe au quotidien, celle qui crée le lien social et la valorisation des territoires.

L’innovation stratégique

 

Il s’agit d’une approche globale de l'innovation. Il s’agit de pouvoir choisir le monde que nous voulons sans se faire imposer des technologies par de grands groupes politiques, économiques ou financiers.  Par exemple, l’Intelligence Artificielle peut être la meilleure et la pire des choses, affirmation facile certes, mais particulièrement vraie.

Elle est à la fois une technologie, une pratique sociale et une infrastructure industrielle. "C’est aussi une pratique sociale qui nécessite de comprendre qui travaille sur ces systèmes, quelles données sont utilisées, comment sont-elles classées…" Kate Crawford (@katecrawford) Chercheuse à Microsoft Research, professeur à l’université de New York, est spécialiste de l’étude des implications sociales des systèmes techniques et notamment des effets du Big Data, des algorithmes et de l’Intelligence artificielle.

https://www.educavox.fr/innovation/recherche/kate-crawford-l-ia-est-une-nouvelle-ingenierie-du-pouvoir

L’innovation technologique

 

L’entrée par la technique et les outils, même si ceux-ci offrent de nombreuses possibilités intrinsèques, montre ses limites : celles du choix des humains à s’en emparer, à les inclure dans des dispositifs globaux, à reconsidérer les pratiques. Cela se montre plus simple dans certains domaines comme la santé par exemple. En éducation, les enjeux éducatifs d’aujourd’hui n’étant pas encore isolés ou considérés hors des postulats et des structures antérieures à l’ère numérique, les évolutions sont bien plus complexes…  A poursuivre donc !

Rien n'est simple. Les mutations ne sont pas sans danger rappelle Patrick Figeac dans sa chronique hebdomadaire :

https://www.educavox.fr/accueil/debats/numerique-et-anthropologie

Des dispositifs innovants

 

L’innovation semble s’insérer dans des contextes liés à des dispositifs qui modifient l’organisation :   les processus, la conception, la création, la dynamique de projet avec des partenariats d’action et de collaboration contributive. Ainsi pouvons-nous souligner entre autres, signaler le plan national pour l’innovation.

https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid30736/plan-national-pour-l-innovation.html

Les collectivités, les universités, les écoles et établissements scolaires, les entreprises, les lieux de médiation, les associations sont porteurs aujourd’hui par leurs actions conjointes, de réflexions éducatives, de changement de stratégies pour mieux apprendre, de prise de conscience des enjeux citoyens dans et hors de l’École…

 

Des actions conjointes

 

De nombreux enjeux environnementaux notamment inspirent des actions dans les territoires.

Reportage par Jacques Puyou : Ainsi, sur le plan de la réflexion citoyenne, une rencontre organisée sous ce titre par la Région Nouvelle Aquitaine, les rectorats de Bordeaux, Limoges et Poitiers et la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt a attiré notre attention dans le cadre de la journée sur le gaspillage alimentaire : Gaspillage alimentaire : les jeunes en situation d'acteurs

La lutte contre le gaspillage alimentaire est l’un des volets de la stratégie NEOTERRA adoptée par le Conseil régional en juillet dernier ; elle s’inscrit comme le précise, dans son éditorial, le Président du Conseil régional Nouvelle Aquitaine Alain Rousset, " dans une nouvelle démarche à la fois éducative, responsable et durable ".   Le Vice-Président salue à ce propos l’engagement des jeunes auxquels les Conseils de Vie Lycéenne ont fourni un cadre d’action. Il loue plus généralement la jeunesse qui, par son impatience et sa conscience des enjeux, pousse les adultes que nous sommes dans nos retranchements sur les questions d’écologie. "Ils ne sont pas là en situation d’apprenants mais d’acteurs". La question est plus vaste et la remarquable exposition produite par la Région et accrochée dans le Hall de Nahuque permet aux participants d’en prendre la mesure.

https://www.educavox.fr/accueil/reportages/gaspillage-alimentaire-les-jeunes-en-situation-d-acteurs

Débats, partages, co-construction :  quelques pistes et quelques projets sur l’innovation au Salon de l’Éducation

 

Cette année, l'An@é est partenaire du Carrefour de l'Innovation, géré par Louis Derrac. Sont également partenaires de cet espace-temps : Eduvoices, Etre prof, Future Classroom Lab. Nous ne saurions que vous conseiller de venir y flâner, boire un café voire participer si le cœur vous en dit !

Les trois jours sont orchestrés en main de maître du matin au soir et du soir au matin. Jeudi 21 novembre, il y aura notamment une conférence interactive sur le thème de l'innovation pédagogique.

https://www.educavox.fr/accueil/breves/carrefour-de-l-innovation-2019-sur-educatice

Quelques extraits d’une série d’interviews publiés par Jennifer Elbaz pour amorcer les échanges :

"Qu’évoque pour vous l’innovation pédagogique" ?

Céline Guilhot Coulpier, enseignante en CE1 à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts de Seine

"Pour moi innover c’est tout d’abord entreprendre se laisser aller à essayer de nouveaux outils, de nouvelles pratiques. Mais cela peut également être regardé sous un autre angle un objet pour lui donner une autre fonction et ainsi développer tout son potentiel. Et pour finir je dirai qu’innover c’est aussi sortir du cadre ou plutôt agrandir le cadre."

https://www.educavox.fr/innovation/dispositifs/etre-et-transmettre-au-carrefour-de-l-innovation-2019

Laure Reynaud une des fondatrices de ScholaVie, aux côtés de Vanessa Duchatelle :

"L’innovation, c’est grandir dans sa posture, adopter un état d’esprit flexible, oser sortir de sa zone de confort et croire au fort potentiel de chacun, y compris soi-même. C’est continuer d’apprendre, avec, par et pour les élèves, dans un monde changeant où plus que jamais, flexibilité et créativité sont nécessaires."

https://www.educavox.fr/accueil/breves/laure-reynaud

Julien Crémoux, professeur des écoles à Nuits-Saint-Georges chargé de direction d'une école de 6 classes :

"L'innovation pédagogique est selon moi la mise en adéquation de pratiques en fonction des élèves et de leurs besoins pour développer leurs compétences dans tous les domaines du socle, le tout en s'inspirant des autres, en tâtonnant puis en faisant évoluer continuellement. En 3 mots je dirai : essayer, adapter, évoluer."

https://www.educavox.fr/accueil/breves/cooperer-pour-mieux-apprendre

 

Débats, partages, co-construction de projets posent la question d’un continuum éducatif

 

A l’heure du numérique le concept d’Education a tendance à englober toute action sociale, ludique, culturelle, scolaire qui contribue à la formation des individus.

Les lieux et les manières pour apprendre évoluent et certains même, s’interrogent sur les découpages en classes d’âge, d’heures, de programmes…Si une continuité éducative est souhaitable, comment identifier clairement le rôle de chacun, comment se créent aujourd’hui des dynamiques et des projets à l’échelle des territoires, et l’école peut-elle être au cœur de ces dynamiques ?

C’est une des rencontres que nous proposons à l’An@é parmi les nombreuses animations proposées à l’Agora : Quel continuum éducatif au niveau des territoires ?

https://carrefourinnov.fr/programme-2019/les-animations-du-carrefour/

 

Débats, partages, co-construction de projets posent la question d’un continuum éducatif

 

A l’heure du numérique le concept d’Education a tendance à englober toute action sociale, ludique, culturelle, scolaire qui contribue à la formation des individus.

Les lieux et les manières pour apprendre évoluent et certains même, s’interrogent sur les découpages en classes d’âge, d’heures, de programmes…Si une continuité éducative est souhaitable, comment identifier clairement le rôle de chacun, comment se créent aujourd’hui des dynamiques et des projets à l’échelle des territoires, et l’école peut-elle être au cœur de ces dynamiques ?

C’est une des rencontres que nous proposons à l’An@é parmi les nombreuses animations proposées à l’Agora : Quel continuum éducatif au niveau des territoires ?

https://carrefourinnov.fr/programme-2019/les-animations-du-carrefour/

Les questions éthiques plus que jamais présentes

 

Jean-Michel Blanquer : "L’Éducation nationale, entrée dans l’ère du numérique (Loi d’Orientation et de programmation du 8 juillet 2013), produit un grand nombre de données liées à la vie scolaire, aux évaluations et aux résultats des élèves. Ces données personnelles sont collectées et stockées, et peuvent devenir des vecteurs d’innovation (individualisation des apprentissages, recherche, aide au travail personnel…), à la condition expresse qu’elles soient protégées pour être valorisées.

Le secteur du numérique éducatif ouvre un nouveau champ des possibles pédagogiques par le recueil, l'analyse et l'exploitation des données d'éducation. Ces potentialités nouvelles doivent d'abord être au bénéfice des élèves et de leurs familles, des professeurs, des chercheurs en éducation mais doivent aussi éclairer le pilotage du système éducatif."

 

Installation du comité d'éthique pour les données d'éducation :

https://www.educavox.fr/toutes-les-breves/installation-par-jean-michel-blanquer-du-comite-d-ethique-pour-les-donnees-d-education

Table ronde proposée par l’An@é : " Défis et enjeux d’une éducation numérique éthique et responsable "

 

Michel Pérez : " L'utilisation des données présente à la fois risques et opportunités. De grandes innovations sont attendues via le traitement des données en éducation, notamment par l’exploitation des traces numériques d’apprentissages générées par l’utilisation des outils (modélisation des pratiques pour créer un profil individuel par exemple)

 

S’il est clair que la valorisation des données permet des avancées majeures, il est tout aussi indispensable que ces données soient protégées, car ce sont des données personnelles :  identité numérique, performance scolaire, sécurité… Alors, le cadre proposé est-il aujourd’hui suffisant pour entraîner la confiance des acteurs du système éducatif ?"

L’implication de différents acteurs pose également, dans le cadre des partenariats, des questions éthiques.

Ces questions seront en débat lors d’une table ronde : " Défis et enjeux d’une éducation numérique éthique et responsable " où nous vous invitons à participer le vendredi 22 novembre 2019 à 10h45 dans le cadre du Salon Educatec-Educatice.

 

https://www.educavox.fr/alaune/defis-et-enjeux-d-une-education-numerique-ethique-et-responsable

 

Vous ne pouvez être présents ? Vos interrogations, vos projets, vos suggestions comptent !

Une possibilité : Nous envoyer textes, propositions et suggestions pour publication sur Educavox !

Au plaisir de rencontres, d’échanges, de partages ! https://salon-education.com/

Les articles que nous éditons sur cet événement : Educatice 2019

 

Michelle Laurissergues

Les sélections


Educatice 2019

Enjeux & Évolutions

Enseigner & Apprendre


La lettre d'informations du 15 octobre 2019

L'écosystème numérique éducatif : difficile anticipation !

L’actualité et les témoignages nous démontrent encore une fois que nos sociétés amplifient la complexité, et que, au regard de l’information ou des innovations, il nous sera de plus en plus difficile de faire comme si rien n’avait changé, il nous sera de plus en plus difficile de penser que l’école est toujours ce sanctuaire protégé (Mais… l’a-t-il été ?). A défaut de pouvoir réellement anticiper ce monde qui vient, comment l’école peut-elle agir ? N'est-elle pas face à tous les dangers ?

 

La société numérique inclut-elle l’éducation dans ses priorités ? Question que je posais dans l’édito du 1er octobre …suivie encore de questions en conclusion : L’école se doit-elle d’attendre les évolutions et s’adapter ? Ces questions initiales que nous pourrions étendre aux domaines éducatifs sont fondamentales : Quels enjeux ? Quels espaces ? Quelles temporalités ? Quels financements ?

De nombreux secteurs innovent, de nouveaux défis s’imposent, les valeurs éthiques émergent de chaque analyse…L’éducation est prise dans un tumulte informationnel contradictoire et ne se retrouve pas dans une approche socio-technique. Trouve-t-elle sa place dans un monde où l'économie, le politique, l'information - avec la propagande et la désinformation -  et les réseaux - dits sociaux - prennent tout l'espace ?

Que se passe-t-il dans l’écosystème numérique ?

 

Le temps du politique :

Le politique répond présent dans de nombreuses initiatives.  « Urbanisme et territoires, Santé, Management et ressources humaines, Alimentation, Mobilité, Environnement, sont les secteurs investis ».

Les territoires se mobilisent. En voici un nouvel exemple :

La Tribune Bordeaux a organisé une manifestation pour mettre en avant les talents de demain, valoriser ceux qui s’engagent, promouvoir les initiatives innovantes, donner de l’impact à ceux qui transforment notre société pour le meilleur. C’est l’ambition des prix « Transformons la France ! ».

https://www.educavox.fr/accueil/reportages/transformons-la-france

" Opportunités digitales "... "Numérique citoyen et inclusif "...Qu'en termes choisis, ces choses là sont dites !

Les 7 recommandations du Conseil National du Numérique pour une transition numérique citoyenne et inclusive restent très floues sur les manières concrètes d’y parvenir…

https://www.avise.org/articles/les-politiques-publiques-en-faveur-du-numerique

Tout sera « intelligent » demain …Ville « intelligente » …Croissance « intelligente » :

« La stratégie Europe 2020 sous le volet « croissance intelligente ». Cette stratégie est aujourd’hui appelée Marché unique numérique (Digital Single Market) ; elle vise à ouvrir des opportunités digitales pour les citoyens et les entreprises ainsi qu’à affirmer la position de l’Europe en tant que leader mondial de l’économie numérique. » Là tout semble dit. Mais pas acquis...

 

" Pour que le numérique entre enfin en politique " :

Arno Pons (délégué général de la Digital New Deal Foundation) dans un article publié le 7 févr. 2019 dans les Echos « Les « gilets jaunes » resteront dans l'Histoire comme le premier mouvement social français majeur issu des réseaux sociaux. Nos gouvernants peinent à comprendre que le numérique est au cœur de toutes les transformations majeures qui traversent notre société. Face à l'accélération du temps politique et à la soif de participation, qui souvent les désarçonnent, il est pourtant le meilleur moyen pour les aider à moderniser les idées et les pratiques.

Tout comme il a tué le hertzien, le numérique sonne la fin des grands systèmes idéologiques de masse laissant place à des mouvements et des courants qui partagent une vision horizontale de la politique et une certaine forme de radicalité dans la notion de progrès.

L'existence de l'Etat en danger : Il est urgent d'agir. Si le numérique n'intéresse pas la politique, la politique intéresse de plus en plus le numérique. La nature ayant horreur du vide, ce sont les entrepreneurs du Web qui développent une vision politique de la société en lieu et place de nos élus.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/pour-que-le-numerique-entre-enfin-en-politique-962687

Le temps des fausses nouvelles

 

Cette question est au cœur de tout système de communication que ce soit dans le domaine scientifique ou le domaine de l’information. (A noter la fausse nouvelle de la semaine : l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnés)

 

Hervouet-Kasmi Thomas dans « La publication scientifique à l’heure des fake news » : Dominique WOLTON, Directeur de la Revue internationale Hermès et Directeur de recherche au CNRS, sur le thème Les contradictions de l’information et de la communication scientifiques à l’heure de la globalisation, des fake news et de la diversité culturelle.

Pierre OUZOULIAS a distingué la fausse nouvelle (qui est une nouvelle vraie démentie par la suite) et la fausse nouvelle (qui est une nouvelle fausse fabriquée pour tromper). Selon lui, dans notre société occidentale, l’idéologie de base est la suivante : l’Internet incarne le progrès. Cette posture implique deux conséquences tragiques : l’incommunication et la standardisation. Plus le flux d’information est important, plus le conformisme se renforce. Cela signifie une fin annoncée de la diversité et une production renforcée de mèmes. Je reprends la définition de Wikipédia : les mèmes se définissent comme des éléments culturels reconnaissables, reproduits et transmis par l'imitation du comportement d'un individu par d'autres individus. Malheureusement pour nous, moins nous communiquons entre nous, plus nous produisons de mèmes, plus nous nous éloignons de notre capacité à produire de la vérité et plus le monde devient petit.

Selon Dominique WOLTON, nous sommes des êtres sociaux et non des êtres d’information. En effet, la communication par et entre les êtres humains est lente car elle est basée sur une négociation longue, en lien direct avec la complexité de la gestion de l’altérité. Par opposition, l’information circule très rapidement et nous impose sa vitesse via les différentes interactivités que nous produisons avec les machines. Par conséquent, il y a un décalage entre la production lente de la connaissance et la production très rapide de l’information.

https://www.educavox.fr/alaune/la-publication-scientifique-a-l-heure-des-fake-news

Le temps de l’éthique

 

L'Intelligence Artificielle, objet de toutes les attentions :

Une prise de conscience internationale : Conscients de ces difficultés, le Canada et la France ont adopté une Déclaration commune en juin 2018, dans laquelle ils affirment vouloir œuvrer pour une intelligence artificielle éthique, responsable, centrée sur l’humain et respectueuse des droits de la personne

Cet article est publié par Céline Castets-Renard sur The Conversation dans le cadre de la Fête de la science (du 5 au 13 octobre 2019 en métropole et du 9 au 17 novembre en outre-mer et à l’international)

L’intelligence artificielle (IA) suscite depuis quelques années un fort engouement. On attend grâce à elle l’avènement d’une médecine personnalisée voire prédictive, et l’on s’extasie de son immense potentiel en matière d’éducation, d’égalité sociale et économique… ou encore de lutte contre les fléaux contemporains, comme la faim dans le monde ou les crises climatiques.

Ces belles promesses ne doivent toutefois pas occulter les difficultés que généreront les changements provoqués par l’IA. Son avènement pose de nouveaux défis, comme l’évolution des emplois, et peut présenter une menace pour la démocratie via ses algorithmes : on connaît désormais la manipulation d’opinion qu’ils peuvent engendrer sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, des systèmes d’IA utilisés aux États-Unis par la justice ou la police en vue de prédire le risque de récidive ou de survenance de crimes, se sont révélés racistes envers les populations noires et latino-américaines.

https://www.educavox.fr/innovation/recherche/kate-crawford-l-ia-est-une-nouvelle-ingenierie-du-pouvoir

Approches éthiques des néotechnologies d’augmentation de l’humain : 

Par Bernard Claverie - ENSC – IMS Bordeaux INP et Hervé Le Guyader - ENSC – Bordeaux INP
Les technologies convergentes, ou néotechnologies NBIC, font l’objet de tous les espoirs, de toutes les craintes et de nombre résistances qui s’étayent sur des positions morales développées et promues par les citoyens confrontés au développement exponentiel de ces technologies. Ces positions peuvent être schématiquement distinguées en quatre grandes tendances, elles-mêmes modifiées par la valeur éthique que les individus accordent aux enjeux d’application des technologies.

Comme Face à de tels défis sociotechnique et aux différences des représentations des décideurs, politiques mais également de praticiens, certains mouvements sont en train de naître dans une espèce de confusion entre notions mal définies telles que « peur des technologies », « résistance au changement », « menaces cataclysmiques »

https://www.educavox.fr/innovation/recherche/approches-ethiques-des-neotechnologies-d-augmentation-de-l-humain

L'école en actions

L'école doit faire face à tous les dangers. L'école résonne des débats de notre société. Contrainte dans des structures et des cultures héritées d'un autre siècle, prisonnière du temps long des apprentissages et des études, bousculée par le temps court des changements technologiques et des défis d'ordre mondial, accusée d'immobilisme par les uns et de disruption par les autres, protectrice et exposée, elle subit et cependant, elle crée, à la fois prudente et audacieuse.

Nombreux sont peut-être ceux qui souhaiteraient créer avec audace ! Là se pose la question de  l'innovation en éducation ! D'ailleurs, pourquoi ne donneriez-vous pas votre avis  en répondant à ce questionnaire - anonyme -

https://www.educavox.fr/accueil/breves/carrefour-de-l-innovation-2019-sur-educatice?

Formations, accompagnements, ateliers et prises de conscience se multiplient. De nombreux projets sont en cours qui essaient de répondre aux grands défis de notre temps. Lors du Salon de l'Education, à Educatice - https://www.educatec-educatice.com/ - il y aura de nombreux exemples. Nous y serons. Nous observerons, nous vous écouterons. Nous témoignerons. 

 

Nous vous invitons également à participer à une table ronde :

 

Défis et enjeux d’une éducation numérique éthique et responsable. 

Comme chaque année, afin d'apporter une pierre à la réflexion, l’An@é (Association nationale des Acteurs de l’École) organise un table-ronde dans le cadre du salon Educatec-Educatice. Le 22 novembre à 10h 45 notre table ronde aura pour thème " Une éducation numérique éthique et responsable ".
 
A ce titre, l’An@é a le plaisir de vous inviter à participer à cette table ronde dans la continuité de notre collaboration dans le cadre du Collectif Educnum.

 

Dans notre monde globalisé, la société est fortement marquée dans son ensemble par les technologies numériques de l’information et de la communication qui acquièrent une influence toujours plus grande dans les domaines économiques et culturels.

Dès lors, comment une politique éducative peut-elle être mise en œuvre d’un point de vue éthique dans une société connectée pour inclure culture numérique et éducation pour tous ?

Comment notre société numérique peut-elle traiter la question de l’éducation pour former la nouvelle génération dans une perspective citoyenne au-delà des enjeux consuméristes évidents ?

 

On s'y retrouve ?

Michelle Laurissergues

Quelques sélections


Orientation

Écosystème numérique


La lettre d'infos du 1er octobre 2019

La société numérique inclut-elle l’éducation dans ses priorités ?

Quelles sont les inter-relations culturelles et numériques à développer pour un meilleur équilibre social ? Pourquoi le temps social numérique impacte-t-il le temps scolaire et non l’inverse ? Pourquoi l’éducation n’est-elle plus en amont d’un projet social ? Autant de questionnements qui peuvent surgir de ces articles où nous voyons se déployer de nombreux écosystèmes économiques, d’échanges sociaux différents, de propositions pédagogiques. Des initiatives naissent dans le domaine éducatif mais peut-on aujourd’hui parler d’une École ou des Écoles ? Les nouveaux enjeux scolaires sont-ils visibles ?

 

Ambivalence et paradoxes

 

Lors des rencontres professionnelles de la solidarité numérique de Bordeaux, les intervenants, acteurs de terrain, responsables d’associations, universitaires, cadres administratifs et élus interrogèrent l’inclusion numérique en posant les questions suivantes : Quels espaces ? Quelles temporalités ? Quels enjeux ? Quels financements ? Ces questions définissent une politique publique et permettent l’élaboration de figures urbaines et rurales de l’action publique et associative, prenant en compte les ressources des études universitaires et statistiques. JF Marchandeau y a évoqué l’ambivalence entre « ascenseur social et renforcement des inégalités » et le paradoxe sur le numérique comme « facilitateur de la création de relations mais aussi d’éloignement lié aux difficultés de l’usage ».

Alain Jeannel : https://www.educavox.fr/accueil/reportages/agir-pour-l-inclusion-numerique

Initiatives des Collectivités, Associations, Fondations, Structures de médiation et de formation

 

Les collectivités impactées par les revendications citoyennes issues d’un monde d’échanges numériques, confrontées à la dématérialisation des services et l’accompagnement de toutes les populations, élaborent de nouvelles stratégies de développement et d’accompagnement.

 

Ainsi, en nouvelle Aquitaine, la Cité Numérique www.citenumerique.fr est née de la reconversion du centre de tri postal de Bègles.

Ouverte sur les quartiers voisins grâce à la réalisation de deux rues intérieures et d’un véritable jardin (bambous, palmiers etc.), elle propose sur près de 25 000 mètres carrés une offre de locaux et de services à destination des entreprises : offre tertiaire, incubateur, pépinière, hôtel d’entreprises, espace de « coworking », centre de ressources, futurs restaurant et crèche etc.

Porteuse d'une ambition de long terme et responsable de la stratégie de développement économique de son territoire, la Région Nouvelle-Aquitaine est convaincue de l'intérêt de ce lieu de 25 000 m2, future tête de réseau régional au service des écosystèmes numériques.

Alliant les dimensions de formation, d'animation, d'accompagnement à l'entrepreneuriat numérique, les services offerts par la Cité Numérique contribueront à rendre plus visible la filière numérique néo-aquitaine. Microsoft y ouvre sa dixième école IA en France, sur le principe des écoles de la deuxième chance, et en partenariat avec Simplon.

Question : Comment le lien avec l’éducation au sens large pourra-t-il s’établir ?

Marcel Desvergne : https://www.educavox.fr/accueil/breves/la-cite-numerique-nouvelle-tete-de-reseau-regional-au-service-des-ecosystemes-numeriques-locaux

Les villes ont un rôle essentiel à jouer, dans un contexte où la vie dans la cité passe de plus en plus souvent par des acteurs privés et des solutions numériques portées par de grands acteurs privés.

« A l’heure où l’on parle de participation citoyenne augmentée, de civic tech, d’open data et de ville intelligente, l’éducation au numérique du plus grand nombre doit être un objectif prioritaire car elle est garante d’une politique inclusive : tous les citoyens et toutes les citoyennes, y compris et surtout les plus éloigné(e)s du numérique, doivent comprendre les enjeux du numérique s’ils veulent participer à la vie de la cité. »

Jennifer Elbaz, Vice-présidente de l’An@é aux Rencontres Educnum

https://www.educavox.fr/accueil/reportages/l-ethique-au-coeur-des-enjeux-d-une-ville-intelligente

Au cœur de l’école et avec les communautés éducatives :

 

Les partenaires présents lors des Rencontres Educnum à Poitiers ont proposé de nombreuses pistes et activités ayant pour objectifs de :

  • Sensibiliser les jeunes au Cyber harcèlement, à la protection de la vie privée, des données personnelles et de la e réputation, apprendre à se protéger des contenus inadaptés et à éviter les escroqueries
  • Proposer des jeu vidéo qui sont aujourd’hui la première activité numérique des enfants et des adolescents. Source d’épanouissement et de plaisir, le jeu vidéo peut aussi favoriser certains apprentissages, et s’inscrire dans une démarche éducative et de transmission. Il peut aussi favoriser la confiance et l’estime de soi.  Il est aussi un moyen de partage, d’échange, de communication entre les générations au sein de la famille ou entre pair. Mais la pratique du jeu vidéo doit s’accompagner de vigilance. En effet, tous nos objets connectés, en particulier nos PC et smartphones transmettent des données vers des sites distants sans notre permission.
  • Imaginer et créer un Escape Game gratuit et inédit pour tous proposé par le groupe VYV et la CNIL On peut juste vous dire qu’il y a eu des Super Héros, un méchant et des gentils à sauver de cyberattaques, vol de données, fakes news…

https://www.educavox.fr/accueil/breves/educnum-a-poitiers-les-partenaires

Les ateliers : https://www.educavox.fr/alaune/educnum-rencontres-et-jeux-en-quelques-images

Les enseignants imaginent des situations supports à des activités (1), des stratégies qui facilitent les échanges entre élèves et amener des classes à collaborer, essaient de changer l’image des réseaux sociaux auprès des enseignants, des parents et des élèves en les confrontant à un usage pédagogique et abordent les usages responsables et citoyens des réseaux sociaux (2) …

En voici deux exemples

(1) https://www.educavox.fr/innovation/pedagogie/quand-apprendre-a-lire-devient-un-jeu-d-enfant-grace-a-graphonemo

(2)https://www.educavox.fr/innovation/dispositifs/lancement-du-premier-reseau-social-eleves-autour-de-la-resolution-de-problemes-m-ths-en-vie

Les enseignants posent également la question « d’un renouveau scolaire qui relie l’individu et le collectif, qui renforce la démocratie et permet d'apprendre tout au long de la vie »

« Les communs de la connaissance nous invitent à regarder avec un œil neuf la transmission des savoirs et l'autonomie citoyenne. Avec le numérique, ils permettent de régénérer la dynamique scolaire, pour apprendre à partager, et pour partager les moments d'apprentissage ».

Les communs dans l'enseignement par Marion Carbillet & Hélène Mulot

https://www.educavox.fr/formation/les-ressources/a-l-ecole-du-partage

Définir des enjeux et co-construire avec les citoyens

 

Notons dans les différents articles de cette dernière quinzaine ces propositions :

Tous ceux qui collaborent à l’inclusion numérique est exprimée par des expressions telles que « formation au numérique des acteurs sociaux », « communiquer entre acteurs », « mise en commun des objectifs, pratiques et ressources », « favoriser l’entraide »., « contribution de chacun au réseau », « normalisation de réseaux disparates et simplification », « organisation de la formation ».

A ces souhaits, s’ajoutent des pratiques telles que la confidentialité, le numérique comme un levier de liens et de rencontres, la rupture de l’isolement des personnes en difficulté, le respect de la personne humaine.

 

Je rappelle ici cet interview de Régis Chatellier, chargé d’études prospectives à la CNIL qui intervenait au Forum Educavox dans le cadre d'une table ronde : Quelle éthique pour établir une relation de confiance numérique dans les administrations et services publics ? : « Du concepteur à l’utilisateur il est nécessaire d’avoir une culture critique concernant tous les maillons de la chaine humaine »

https://www.educavox.fr/accueil/interviews/du-concepteur-a-l-utilisateur-une-chaine-de-responsabilite

De même je cite à nouveau Jean-Marc Merriaux, Directeur du Numérique Éducatif au Ministère

"Il faut repenser le numérique, car c’est une réinvention permanente. Nous sommes des ré inventeurs en gardant les fondamentaux de nos pays, liberté, égalité et fraternité.

Il faut bien évidemment repenser l’enseignement, et être dans sa posture de transmettre en dominant, toujours, l’environnement numérique. Nous nous renforçons en termes de médiation. La culture numérique est bonne ou quelconque, mais l’enseignant doit assurer son rôle de médiateur. Il doit assumer sa capacité de pouvoir identifier ce qu’apporte le numérique et ne jamais oublier les 4 C : Communiquer – Collaborer – Créer – Critiquer. Il faut toujours participer comme acteur du numérique !"

https://www.educavox.fr/accueil/interviews/ne-jamais-oublier-les-4-c-communiquer-collaborer-creer-critiquer

Le temps social et le temps scolaire sont liés par les pratique sociales et culturelles numériques.

L’école se doit-elle d’attendre les évolutions et s’adapter ? Ces questions initiales que nous pourrions étendre aux domaines éducatifs sont fondamentales :  Quels enjeux ? Quels espaces ? Quelles temporalités ? Quels financements ?

Et peut-être pouvons-nous ajouter : Comment la société numérique qui se développe inclut-elle l’éducation dans ses priorités ? Comment inclut-elle l’école dans ses stratégies ? Comment le numérique peut-il être un trait d’union, une transversalité ?

Certainement est-il bon de revisiter les quatre points cardinaux de l’écosystème numérique (Boussoles du Numérique : Rencontres de l’An@é 2013 – 2014 – 2015) que sont la Société, l’Économie, l’Éducation et le Politique. En tension permanente bien qu’interdépendants ils permettent de mieux appréhender ce monde instable de flux sur lequel il nous faut surfer, fixer des caps, affronter les difficultés et co-construire un monde plus solidaire, plus inclusif.

Michelle Laurissergues, 01 octobre 2019

La sélection


Educnum, les Rencontres

Politique éducative


A l'Agenda


S'abonner - Se désabonner


Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.